Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les yeux de Cristina, poeme de Christine Mirété pour CC

Publié le par Cristina Castello

Ah ces yeux... j’ai vu les photos et je suis allée sur son site.... Cristina Castello, voici un poème pour toi. Me suis référée aussi aux textes qu’elle a écrit et que j’ai lu... Je ne t’ai jamais rencontrée "en vrai"...mais peut-être un jour.... je garde espoir !


 

 



 

 

 

 

 


Les yeux de Cristina

Par Christine Mirété

 

Elle écrit des poèmes

Elle dit d’autres choses

Elle dénonce ceux qui font que le monde se sclérose

Est-elle belle ?

Jamais la question ne se pose

Elle est elle

Et ses yeux....

De quoi rendre le monde entier amoureux !

Ils ont tout vu

Ils ont tout su

Ils savent que ce monde n’est pas que beauté

Mais ils le font briller de bonté

Les yeux de Cristina

Il n’en existe pas beaucoup comme ceux yeux-là

Les yeux de Cristina

Seuls les anges et les poètes ont ces yeux-là

Les yeux de Cristina

Je les rencontre parfois

Chez certains enfants

De six mois à cent vingt ans

Et le soir en regardant les étoiles

Hans Christian Andersen devait avoir ces yeux-là

Les yeux de Cristina

Ce ne sont pas les yeux d’une star de cinéma

Mais celle d’une femme-poète argentine

Et l’argent ne les achète pas

Même pour un million ou un centime

Les yeux de Cristina

Ils sont tellement incisifs et chaleureux

si clairs, limpides et rayonnants

Que mon quotidien me semble moins désespérant

Des yeux remplis d’amour de la vie

Sans haine et sans envie

À faire fondre des cœurs de pierre

A faire venir des bateaux d’au-delà des mers

J’en ai rencontré de ces yeux-là

Qui te donnent l’impression de savoir tout de toi

De lire tout au fond de ton âme

Sans jamais te faire sentir le tranchant de la lame

Les yeux de Cristina

Hans Christian Andersen devait avoir ces yeux-là

Les yeux de Cristina

Seuls les anges et les poètes ont ces yeux-là.


 

28 décembre 08

Version définitive, Paris le 17 octobre 2009, offerte à Cristina Castello après une embrassade où le temps s’est arrêté, à l’occasion de la « Journée Mondiale de la Poésie »

 

Commenter cet article