Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique d'Orage par Françoise Urban-Menninger

Publié le par Cristina Castello

Cris24

Orage/Tempestad, poèmes de Cristina Castello

Recueil paru aux éditions BOD avec un frontispice d’Antonio Gamoneda et une préface de Thiago de Mello

lundi 25 janvier 2010, par Françoise Urban-Menninger

©e-litterature.net

 

Dans le magnifique frontispice que Gamoneda dédie à Cristina Castello, il reprend des vers de l’auteur, les mêle à sa propre parole pour nous restituer toute la superbe de cette femme poète qui ne fait qu’un, corps et âme, avec ses textes :" Tu es une âme vêtue de silence et tu célèbres le feu car tu es ivre de lumière/ et une émeute de violons incessants émane de toi".


Ce vibrant hommage est relayé par la préface de Thiago de Mello et une note du traducteur et poète Pedro Vianna. Thiago de Mello place d’emblée Cristina Castello dans la même lignée que Neruda, Borges, Storni et bien d’autres. Il dit d’elle qu’elle est "l’inventrice d’une langue poétique" faite de "métaphores troublantes" qui "fondent la vérité comme nous l’a appris Hölderlin".

Troublante, la poésie de Cristina Castello l’est avec certitude. Bien plus que cela, son cri semble transcender le poème pour nous saisir dans le vif de notre chair et de notre âme car pour l’auteur la poésie est une ultime résistance à l’inertie d’un monde qui a perdu toute valeur et tout repère." Pourquoi mes yeux regardent-ils les êtres en dedans ?", interroge l’auteur et d’affirmer plus loin : "Je résisterai en armure de poésie".



 


Argentine par naissance mais parisienne de coeur, comme elle aime à se présenter, Cristina Castello est une femme engagée qui a écrit des milliers d’articles pour dénoncer les injustices, la barbarie, les génocides...


Ainsi dans son poème "Ténèbres", revient-elle sur le coup d’État génocidaire en Argentine de 1974 responsable de l’assassinat de 30000 personnes :" Comment avec mes lèvres clore les supplices/ Comment vivifier les êtres morts dans leur aube/ Comment palpiter sous les paupières de la paix".

La beauté des images irradie, l’horreur brûle les mots et incendie les sens, la puissance de cette poésie galvanise la pensée. Cristina Castello réveille les consciences hébétées ou indifférentes en lançant ses vers tels des anthèmes :" Cette Planète est une danse macabre".

Mais si l’auteur est une louve qui hurle, elle est également porteuse d’un message d’espoir :"L’amour rebaptise le monde" ou dans ce dernier vers qui clôt admirablement le recueil, elle prophétise en s’écriant :"L’espérance est un carrefour".

Lire Cristina Castello est une urgence littéraire absolue car dans sa poésie, on entend pleurer l’âme du monde, saigner le coeur de la terre, chanter l’esprit du haut des cimes. Orage est une source de lumière où l’âme et les sens trouveront à s’abreuver et à se régénérer dans un quotidien où la création d’aujourd’hui est trop souvent en berne ou en mal d’inspiration.

Françoise Urban-Menninger

  http://www.cristinacastello.com  /  http://www.cristinacastello.fr / https://www.facebook.com/cristina.castello3 / https://twitter.com/CrisCastello01

Commenter cet article