Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au cœur du cri- de André Chenet, par Michel d’Oste

Publié le par Cristina Castello

« …Cela fait penser, immanquablement à l’opuscule devenu best-sellers de Stéphane Hessel « Indignez-vous ! »

Son recueil se termine par cette affirmation :

Je n’ai que l’étoile noire/l’idéogramme du sang/les gestes fous de la tempête/Ma révolte est intacte…»

 

1-copie-2.jpg

André Chenet est un poète que nous connaissons à francopolis, fidèle à nous donner sa lumière, sa richesse des mots, des images d’une intense vibration. C’est un artiste qui compte pour nous, son travail nous est précieux.

Il nous offre aujourd’hui son dernier recueil de poésie, intitulé « Au cœur du cri », recueil superbe composé de textes publiés en une trentaine de pages seulement recto, qui nous donne le temps d’apprécier la rareté.

En poésie, le cri qu’il soit d’amour, de haine, de vengeance est un support « sublimatoire » de l’écrit (Je pense subitement à Hugo des « Châtiments ») Prenons comme exemple le poème La lettre :

Je vous écris/dans la fureur/ d’une nuit blessée/à mort/je vous écris au fond des cachots/d’un château palpitant d’enfance/ruisselant d’extase/saignant d’une lumière écarlate

Et ce poème se termine par :

Je vous écris,/cris de désespoir durcis/qui s’effondrent/aux premières  lueurs de l’amour.

Le ton est donné ;

Cet autre : Dans les entrailles du feu :

Je n’ai pas reculé/lorsque j’ai vu le feu/j’ai dansé avec les flammes/et j’ai vu noircir/les herbes et les arbres.

La révolte sourd à chaque poème. Son poème Prendre les armes :

Rédiger la nuit/des tracts somptueux de désir/écriture ivre d’évidence.

Plus loin : S’insurger/contre la mise au pas intolérable/des horribles petits dictateurs.

Cela fait penser, immanquablement à l’opuscule devenu best-sellers de Stéphane Hessel « Indignez-vous ! »

Son recueil se termine par cette affirmation :

Je n’ai que l’étoile noire/l’idéogramme du sang/les gestes fous de la tempête/Ma révolte est intacte.

En quatrième de couverture, Marie-Lise Martins-Le Corre présente l’ouvrage « en montrant l’auteur devant la cohorte des malheurs et nous livre son sens des combats nécessaires pour un devenir plus humain. Nous voici au cœur de sa pensée, de sa réflexion poétique sur ses rêves et ses espoirs. »

On est loin avec cet auteur de la poésie tiède habituellement dispensée tout au long des revues. La poésie se doit d’être quelque chose d’unique, voire rare. André Chenet est assez fort pour donner libre court à son tempérament, à ses idées ancrées au fond de lui-même (et que notre pusillanimité nous empêche d’exprimer) et donner vie à des écrits de feu. Tout au long des pages de ce recueil une forte envie de vagabondage, de voyage vous prend et ne vous lâche plus. Quand un auteur possède cette capacité exigeante de l’expression sans concession, nous devons le féliciter et l’écouter.

Recueil paru aux éditions « Les voleurs de feu »

Prix 12 euros

Michel d’Oste

 

André Chenet est né en 1954 à Châteaudun, d’une mère bretonne et d’un père d’ascendance anglaise et irlandaise. Il passe son enfance dans la nature, au bord des rivières, dans les bois et les champs.


Dans les années 70 il s'initie à la poésie avec Baudelaire, Rimbaud et Ferré, interrompt ses études à l’âge de 17 ans, exerce mille et uns métiers alimentaires, souvent très mal rémunérés, fait ses premières lectures publiques et lit énormément.


Les années 80 sont marquées par des voyages et des études de Paysagisme et d’horticulture pour aboutir en 1991 à Nice où il crée des jardins de reflets et de parfums et étudie les plantes médicinales.


Après une nouvelle période de vagabondage et un prix international de Haïku, il fonde en 2003 la revue d’art et de poésie La Voix des Autres où seront publiés jusqu'en 2005 une centaine de poètes français et étrangers. Il anime régulièrement des Rencontres Poésie dans le sud de la France, se fait publier dans diverses revues, dont Nouveaux Délits , la revue de Cathy Garcia, écrit et interprète "un non-spectacle de poésie à géométrie variable" intitulé Dans le corps du poème, se produit dans des théâtres et des festivals de poésie...



Fin 2006, cet "éternel amoureux, insurgé par générosité", activiste enragé de la poésie vivante, crée la revue en ligne
DANGER POESIE : "un lieu de poésie gratuite dans un monde où tout est à vendre". Un des objectif de cette revue est de faire découvrir au plus grand nombre l'extrême diversité de la poésie hors des manuels scolaires et des institutions qui s'en réclament. L'été dernier, une compilation de poèmes érotiques d'auteurs contemporains illustres ou inconnus, a été présentée sur ce site.



Ses ouvrages à paraître aux éditions Alta Terra : Les replis de l’écritZen et Haïku - et Dans le corps du poème. Ses ouvrages en préparation : Erostasie, une anthologie de poèmes d'amour fou, et Conscience des Poètes, Poésie de combat, une anthologie de poètes du monde entier.



Poésie d'amour et poésie d'engagement, André Chenet à tout pour plaire.



Sa Revue en ligne
DANGER POESIE

 

 

Commenter cet article

Iris Aguirre 31/07/2011 05:26



"Ma révolte est intacte"... La mienne aussi. Merci de tout coeur. Iris



Kirl 19/02/2011 22:51



Merci Christina pour la belle flamme poétique qui irrigue  vos mots et dans votre être et que nous avons pu ressentir ce soir à Vence et merci à André Chenet pour être ce témoin insurgé et
persistant  au bordel des Poétes...



Cristina Castello 20/02/2011 15:24



Les mots sont semences... ils sont
notre arme céleste.


Je transmettrai votre message à
André, qui est un être peuplé de poésie et d'amour.


Bien
amicalement,


 


Cristina