Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Appel à l'aide

Publié le par Cristina Castello

Chers amis,
Joseph Vasques, ami, poète, écrivain, un être humain qui a pensé toujours à autrui a un besoin pressant de nous.
« Je t'appelle à l'aide /Te rends-tu compte que je t'aide ? » Antonio Porchia (traduction de l’espagnol faite par Pedro Vianna) Merci au nom de la vie, Cristina Castello

http://www.cristinacastello.com
http://les-risques-du-journalisme.over-blog.com

---------------------------

Joseph Vasques
Les Molats
18230 Culan

jvasques@club-internet.fr
poeterrance.free.fr



Un appel au secours.


Je vous demande de le diffuser auprès de amis et correspondants car j'ai un besoin pressant d'aide, soit elle petite ou grande, à la mesure de vos possibilités.

Cette année fût absolument horrible, désespérante. A la suite de douleurs au ventre je suis allé consulter le médecin de famille qui m’a envoyé chez un spécialiste. Celui-ci après un premier examen, a fait une échographie qui a révélé des polypes dans la vessie.

Je passe les détails ( et mon état d’esprit ). Résultat de cela j’ai été opéré deux fois à un mois d’intervalle.

Il s’est suivi un traitement, vraiment très pénible et très fatigant, qui s’est terminé, dans une première phase, il y a un mois.

Avec tout cela, moi qui n’en avais pas trop, j’ai perdu beaucoup de poids.

Comme si cela n’était pas suffisant, dû à l’état de faiblesse dans lequel je me trouve en conséquence des anesthésies pendant les opérations et le traitement lui-même, les défenses ont nettement baissé et j’ai attrapé un bronchite du genre chronique.

Avec votre sensibilité vous pouvez imaginer dans quel état moral et physique je me trouve. Moi qui toute ma vie étais lié et dédié à la littérature, à la poésie, je n’arrive plus à écrire une seule ligne. Même pour lire les confrères j’ai du mal car je me fatigue très vite.

Subissant ce qu’ils nomment une maladie de longue durée, j’ai une couverture sociale à cent pour cent pendant cinq ans. Mais voila, ils ne comptent pas tous les à côté. Mille et un détails. Je ne vais pas vous accabler à raconter tout cela. C’est un récit-calvaire journalier que je n’ai pas le droit d’imposer à mes amis.

Par ma faute, par imprévoyance, je le reconnais, perdu que j’étais dans mes rêves, je n’ai pas pris les mesures nécessaires et je me retrouve à présent dans une situation catastrophique avec une retraite minable et je n’arrive plus du tout à faire face aux dépenses.

Dû à l’urgence, je ne peux pas attendre des solutions hypothétiques qui pourraient éventuellement aboutir je ne sais pas quand.

Ainsi je compte sur vous pour relayer mon appel auprès de ceux qui voudront bien donner un coup de main effectif à un inconnu.

En attendant, je remercie tous d’avance et envoie mes plus cordiales salutations

Joseph

Commenter cet article